Botox

La toxine botulique (appelée plus couramment « botox ») est une neurotoxine permettant de bloquer la contraction des muscles.
Les rides faciales étant induites par la contraction des muscles de la face lors de la mimique, le fait de diminuer le travail musculaire permet d’éviter leur formation.

L’indication d’injection de toxine botulique suscite souvent une certaine appréhension chez les patients n’ayant jamais expérimenté ce produit.
Pourtant, la toxine botulique a fait preuve de sa parfaite innocuité par son utilisation courante en médecine depuis 1975. Elle permet notamment le traitement de certains strabismes et de spasmes musculaires : torticolis spasmodique, hémi-spasme de la face, clignement incontrôlable de l’œil, déformation du pied dynamique vers l’intérieur ….).

La crainte d’un effet figé et d’une perte d’expression du visage est aussi un argument régulièrement avancé. Ces effets indésirables apparaissent à mesure que l’on augmente les volumes et les doses de produit, et selon le choix des points d’injection.

Le Dr COATMELLEC réalise les injections de toxine botulique selon une technique de micro-injections (faible volume) à haute concentration : le nombre de piqures est plus important que lors d’une technique classique mais l’effet, mieux ciblé, reste naturel ; sauf demande particulière, les muscles doivent garder suffisamment de motricité pour ne pas altérer l’expression du visage, les rides s’estompant grâce à une baisse du tonus de repos, et à une contraction moins prononcée à la mimique. Les traits du visage sont ainsi reposés.

Les régions pouvant bénéficier d’une injection de toxine se situent essentiellement à la moitié supérieure du visage :

  • La glabelle : il s’agit de l’indication première du botox, qui reste le traitement de référence des « rides du lion » en réduisant le fronçage intempestif des sourcils.
  • Le front : l’efficacité du botox dans cette localisation (associée à celle de la glabelle) est telle que, depuis quelques années, on constate un quasi abandon des indications de lifting frontal.
  • La patte d’oie : la toxine efface les rides, sous réserve que l’excès cutané en externe de la paupière supérieure ne soit pas trop important (cf indication de blépharoplastie supérieure). En été, la toxine évite aussi la formation des petits traits blancs dus au manque de bronzage des replis de la peau lorsque l’on fronce les yeux.

Le Dr COATMELLEC utilise aussi parfois la toxine botulique pour :

  • réduire le pli d’amertume (pli partant du coin de la bouche vers le bas), et corriger la chute des commissures labiales
  • atténuer les phanons cervicaux (les 2 replis verticaux situés en avant du cou formés par le bord antérieur des muscles peauciers)
  • diminuer la profondeur du haut des sillons naso-géniens
  • corriger les asymétries faciales, souvent lié à un excès de contraction musculaire homolatéral
  • stopper la transpiration axillaire : des injections très superficielles de toxine empêchent les petits muscles excréteurs des glandes sudoripares de travailler.

Les injections de toxine botulique sont réalisées le plus souvent au cabinet du Dr COATMELLEC.
Avant la première injection, une consultation est nécessaire.
Le jour de l’injection, l’application préalable d’une crème contenant un anesthésique local peut être utile.
L’effet ne la toxine n’est pas immédiat mais intervient en moyenne en 3 jours. En attendant, pour améliorer son efficacité, il est recommandé de pratiquer des séries de grimaces plusieurs fois par jour sollicitant les muscles traités.
Un contrôle à la 3eme semaine est nécessaire pour appréciation du résultat et éventuelle retouche.

La toxine reste efficace environ 5 à 6 mois. En été, les muscles étant très sollicités par l’intensité de la luminosité, la durée d’action est souvent moindre qu’en hiver. Chez les patients traités depuis plusieurs années, les muscles se déshabituent progressivement à travailler, et l’effet peut perdurer jusqu’à 8-10 mois.

Les injections de toxine procurent un très haut taux satisfaction : les rides s’estompent ou disparaissent, le visage apparaît rajeuni et reposé.
Son principal inconvénient est finalement lié à son caractère réversible, ce qui rend son action éphémère.

La toxine botulique est devenue un outil incontestable en chirurgie esthétique, élargissant la gamme des techniques non invasives. Son action contre les rides constitue en outre une véritable prévention du vieillissement, allant jusqu’à repousser certaines indications opératoires, comme celle du lifting frontal

 Consulter la fiche d’information SOFCPRE * sur le botox

*Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique